EXTRAITS CHOISIS

Contes Glacés de Jacques Sternberg


Nouvelliste (auteur de nouvelles) le plus prolifique du XXième siècle, Jacques Sternberg exerça avant cette passion le métier d'emballeur. Touche à tout, il écrira des romans, des pamphlets, des essais, des articles de journaux, des chroniques et des préfaces. Il s'essaiera même au cinema avec le scénario du film "Je t'aime, je t'aime" d'Alain Resnais.

Cependant, il fit de la nouvelle son cheval de bataille. En préface des contes glacés, il écrit ainsi :
« Écrire un roman de plus de 250 pages est à la portée de n'importe quel écrivain plus ou moins doué. Mais écrire 270 contes, généralement brefs, c'est une autre histoire. Ce n'est plus une question de cadence, mais d'inspiration, cela demande 270 idées. »

Parmi tous les sujets abordés dans ses recueils de nouvelles et en particulier dans celui qui nous intéresse plus spécifiquement ici "Contes Glacés", le chat apparait. Jacques Sternberg qui sait si bien nous entrainer vers un monde aussi fou que celui d'Alice ne pouvait ignorer les cousins du chat du cheshire et nous lègue des textes à la mesure de l'animal.

Petit extrait : « Les Esclaves »

Au commencement, Dieu créa le chat à son image. Et, bien entendu, il trouva que c’était bien. Et c’était bien, d’ailleurs. Mais le chat était paresseux Il ne voulait rien faire. Alors, plus tard, après quelques millénaires, Dieu créa l’homme. Uniquement dans le but de servir le chat, de lui servir d’esclave jusqu'à la fin des temps. Au chat, il avait donné l’indolence et la lucidité; à l’homme, il donna la névrose, le don du bricolage et la passion du travail. L’homme s’en donna à coeur joie. Au cours des siècles, il édifia toute une civilisation basée sur l’invention, la production et la consommation intensive. Civilisation qui n’avait en réalité qu’un seul but secret : offrir au chat le confort, le gîte et le couvert.

C’est à dire que l’homme inventa des millions d’objets inutiles, généralement absurbes, tout cela pour produire parrallèlement les quelques objets indispensables au bien-être du chat : le radiateur, le coussin, le bol, le plat à sciure, le pêcheur breton, le tapis, la moquette, le panier d’osier et peut-être aussi la radio puisque les chats aiment la musique.

Mais, de tout cela les hommes ne savent rien. A leurs souhaits. Bénis soient-ils. Et ils croient l’être. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes des chats.

Pour en savoir plus, achetez le livre :
CONTES GLACES de Jacques STERNBERG
aux éditions Labor ou en édition original chez Marabout
le plus souvent disponible en occasion



La Sagesse du Chat de Julia Deuley


Pour commencer, parlons du livre lui-même. Pourquoi l'avoir acheté ?
Question que l'on ne me pose que lorsque l'on me connait mal. Les autres savent depuis bien longtemps que je choisis mes livres à l'intuition, au feeling pour employer un terme plus moderne.

Donc celui-là, je l'ai repéré à la couverture entre des piles de livres divers et variés. L'étiquette de présentation disait "Nouveautés" alors forcément j'ai jeté un oeil sur l'étalage.

"Ahhh un chat !" Me suis-je dit. Puis le mot "Conte" inscrit sur la couverture à aiguisé mon envie de savoir.

Dans ces cas là, je retourne le livre et je lis le petit résumé que l'on trouve très souvent au dos des livres de poche et j'avoue qu'instantanément, je me suis sentie conquise. De plus, le livre est d'excellente facture, bizarre même.
J'ai mieux compris cette impression curieuse en le feuilletant : "Cet ouvrage est imprimé sur du papier sans bois et sans acide". Respect de l'environnement, j'aime ! Encore un bon point pour ce livre. Du coup, j'ai acheté.

Voici un petit extrait de cet ouvrage composé de 6 parties, regroupant chacune de petites histoires selon un thème toujours très félin (ronronnant, griffus, moustachus, entrechats, le chat et le Zodiaque, 4 entretiens avec mon chat).
Et je vous propose donc de faire un saut directement en dernière partie pour un entretien très patte de velours :

- Vos petites histoires sont un peu légères, observa mon vieux chat, un tantinet frelatées, et pour tout dire assez puériles.

Couché sur mon manuscrit, il me fixait, sans indulgence. C'était un très, très vieux chat, encore étonnamment alerte et souple, dont le grand âge n'avait nullement altéré la malice et l'agilité.

- Mais tu parles ? articulai-je. Tu parles avec de vrais mots ? Je croyais que les chats ne savaient que miauler, ronronner ou cracher.

- D'abord, répondit-il d'un air outré, je ne vous permets pas de me tutoyer. Bien sûr que nous parlons. Et notre maniement du verbe est beaucoup plus pertinent que le vôtre. Seulement, contrairement à vous, nous ne parlons qu'à bon escient.

- Et c'est pour me dire ça que vous m'adressez la parole ?

- Décidément, ça commence mal. Vous autres, bipèdes, avez la curieuse manie de poser des questions stupides !

- Eh bien alors, parlez, dites ce que vous avez à dire !

- Je n'ai rien à vous dire, grand singe imberbe et empoté, mais comme nous partageons le même espace vital, je veux bien condescendre à vous montrer deux ou trois petites évidences. D'autant qu'il est bien après minuit, que vous avez l'esprit passablement pâteux, et que vous croirez demain avoir simplement rêvé cette conversation. Vous pourrez même en faire l'objet d'une de vos élucubrations littéraires.

- Qu'entendez-vous par "nous partageons le même espace vital" ? Ne vous ai-je pas recueilli, adopté, alors que vous étiez encore un bébé chat ? Tout juste sevré ? Ne vous ai-je pas nourri, soigné, choyé ? Vous ferai-je remarquer que c'est vous qui êtes bien aise d'accepter mon hospitalité...

- Oh, que tout ceci m'énerve, m'énerve, m'énerve !...

Les prunelles du chat lancèrent des lueurs inquiétantes. Il eut deux ou trois soubresauts convulsifs, lacéra les pages du manuscrit, sauta du bureau pour aller se faire les griffes sur un fauteuil en cuir déjà bien écorché, puis me toisa et reprit :

- Voilà bien l'infatuation indécrottable de ces grands animaux mous et chauves qui se croient les maîtres du monde parce qu'ils ne savent se servir que de leurs pattes antérieures pour courir. Comprenez-le, ma pauvre amie, depuis le début, c'est moi qui vous ai choisie et non l'inverse. Si je n'avais pas jugé la maison convenable, il y a beau temps que j'aurais élu domicile ailleurs. Ceci est mon domaine, et si je ne vous y tolérais pas, je saurais bien, n'en doutez guère, vous le rendre intenable.

(..)

Pour en savoir plus, achetez le livre :
LA SAGESSE DES CHATS de Julia DEULEY
aux éditions France Loisirs, collection PIMENT



Le CHAT illustré de A à Z, texte de Claire Gaudin, illustration de Christian Gaudin


Cet ouvrage est un petit dictionnaire sur le chat merveilleusement et joyeusement illustré. Drôlissime et finalement si proche de la réalité, il entraine les fanas du chat dans le souvenir de leurs propres expériences félines. Races, anatomie, caractère, spécificité, attitudes, catastrophes ... tout est passé au crible de manière à vous faire rire aux larmes ou vous exclamer avec conviction 'On dirait Bouboule ou Ponpon !'.

Dans la lignée des manuels à l'usage des couples, des célibataires, des parents, des voisins ... On en demande et on en redemande tellement c'est bon de rire du quotidien. On trouve d'ailleurs du même auteur les oeuvres suivante :
- Zen pour chat
- Tai chi chuan pour Chat
- Yoga pour Chat
- Arts Martiaux pour Chats
- Chats de sagesse
- La bible pour les chats

Mais encore :
- Relaxation et Massages pour Chats
- Yoga et Prâna pour Chats
- Histoires Zen pour Chats
- Les non-aventures de Mat Matou
...

Et maintenant car je vous aime bien, un petit extrait de cette boite à rire !

CHAT-BOUBOULE par Nathalie JOMARD


Voilà bien longtemps que je n'avais pas été lancée dans une boulimie de lecture comme c'est le cas depuis 10 jours. 5 livres en une semaine et encore uniquement en soirée car je n'aime pas lire dans le RER. C'est stupide mais la frustration de devoir arrêter une fois arrivée à mon arrêt efface complètement le plaisir de la lecture alors je préfère m'abstenir. Si l'on ajoute à cela que du coup je rate mon arrêt une fois sur trois ça n'en vaut vraiment pas la peine.

Bref tout cela pour dire que j'ai acheté cet ouvrage la semaine dernière à cause, ou grâce à, un lien glissé sournoisement dans ma page FB. Mes amis me connaissent si bien qu'ils ont le chic pour me faire craquer

Cette BD raconte avec humour des petites tranches de vie du chat Bouboule dans la famille Grumeauland. Sa spécificité ? C'est un chat de salon comme l'on en voit souvent, gros, gras mais aussi adorable que peut l'être un chat au quotidien.

Un recueil de gags donc qui fera rire les possesseurs de chat bien plus que les autres certainement mais c'est parce qu'ils ne peuvent vraiment pas comprendre.

Pour en savoir plus, achetez le livre :
CHAT-BOUBOULE de Nathalie JOMARD
aux éditions Michel LAFON


Et parce qu'on a le droit d'en rire

VRAI ZEN POUR CHATS par Christian Gaudin


Un petit ouvrage bien intéressant qui mèle amoureusement vocabulaire du zen et vocabulaire félin.

Les illustrations sont très belles et adaptées aux propos et si l'on ne saisit pas forcément tout ce qui est dit par rapport au zen, j'ai tout de même passé un agréable moment à lire cet ouvrage.

J'aime beaucoup les références et les citations utilisées par l'auteur avec un coup de coeur pour cette dernière :

"Un chat errant
Sur les genoux d'un bouddha
Dort"
Issa

Une oeuvre à part donc dans ma collection féline mais un bel hommage à la philosophie Zen.

Pour en savoir plus, achetez le livre :
VRAI ZEN POUR CHATS
et pour leurs maitres
aux éditions POCKET


Et parce j'aime bien

ENTRECHATS de Éric Ronceray


Aujourd'hui parlons d'un autre ouvrage félin : "Entrechats" de Éric Ronceray, un dessinateur de presse et illustrateur d'ouvrages.
Ce style particulier de dessins colore sans nul doute son oeuvre et démarque son recueil de dessins félins de ceux que j'ai pu découvrir et présenter auparavant. Je dirais que "Entrechats" est une illustration plutôt sérieuse des petites histoires de notre quotidien de propriétaire de chat et de notre environnement sociétal.

J'avoue, qu'au premier abord, le style m'a déconcertée, je n'ai guère l'habitude des codes du dessin de presse. J'y trouve finalement un grand intérêt et une belle originalité. J'aime particulièrement le fait que la plupart des situations sont vécues du point de vue du félin et que soient aussi abordés par le truchement du chat de grands sujets de société.

D'une part, le trait, plutôt acerbe, croque avec réalisme les défauts de caractère qui nous font aimer ou détester le chat, car ils sont égoïstes, goinfres, prétentieux, susceptibles, rancuniers, têtus, menteurs, faux, voleurs, farouchement indépendants et incroyablement collants.
D'autre part, Éric Ronceray n'oublie pas d'égratigner leurs maîtres, qui sont futiles, ridicules, excessifs, gâteux, snobinards, fières à en devenir vaniteux et d'une faiblesse sans limite avec leur greffier.
Mais, sans vouloir plagier Alfred de Musset, il faut bien remarquer que : "S’il y a au monde une chose véritable et délirante, c’est l’union de ces deux êtres si imparfaits et si affreux."

Et pour illustrer cette critique sans prétention et vous donner, je l'espère, l'envie d'aller vous acheter ce petite livre bien sympathique, voici l'illustration parfaite d'un trait de caractère dominant chez mon propre chat, tirée de "ENTRECHATS"

L'égocentrisme félin

Entrechats de Éric Ronceray
Aux éditions Atlande

Me contacter Livre d'or